Accueil > Patrimoine > Histoire > L’île factice

L’île factice

mercredi 11 mars 2020

Véritable île à l’origine, elle fut construite entre 1803 et 1818 par les forçats du bagne de Brest avec les déblais des travaux de l’arsenal.
Ces travaux de déblaiement permirent également la construction d’une digue d’une longueur de 650m. Longtemps, pour le passage de cette digue, un bac fonctionnait à titre bienveillant de la part de la marine. Mais la construction d’une passerelle (en 1898) puis du pont tournant de Kervallon amena sa fermeture définitive en 1930.

Cette île était dédiée au stockage des bois nécessaires à la construction des navires. Ce bois, en provenance notamment de la forêt du Cranou, était conservé dans l’eau saumâtre du fleuve (en amont).

En 1945, l’île fut transformée en presqu’île par le remblaiement de la rive avec les gravats de la reconstruction de la ville de Brest.
L’atelier bois de la DCAN (industrie navale militaire) naît ainsi et entretient au fil des ans les unités en bois de la marine nationale (Belle poule…) et de la marine civile (Bel Espoir du père Jaouen). Il y avait en permanence une quarantaine d’ouvriers qui y travaillaient. C’était la seule activité industrielle de Bellevue.

Les bâtiments et les hangars ont été vidés de tout le matériel et des machines en 2008.

L’intégralité de ce texte peut être lu dans
l’écho de Saint Pierre Quilbignon n°238 Noël 2011