Accueil > dossiers spécialisés > Liens divers pour articles > Le parler jeune

Le parler jeune

vendredi 16 juin 2017, par Françoise Despré

Un, deux, trois, c’est parti !

Pour commencer, voici une expression assez courante : « wesh ». Autrefois employée dans les banlieues parisiennes, tout le monde utilise désormais ce terme. Il peut signifier « salut », « comment ça va », « quoi de neuf ? » ou encore l’étonnement : exemple « wesh ! Pourquoi t’as fait ça ? »

Ensuite, vous avez sans doute entendu chez les jeunes dire « j’ai trop le seum », une phrase typique de notre génération qui énerve souvent les professeurs. C’est une marque de dégoût, de poisse. On dit ça aussi quand on n’a pas de bol. En arabe, ça signifie le venin.
Parlons aussi de l’incontournable « Tchip », rencontré dans la communauté noire et métisse. C’est une forme de mépris et de manque de respect. On le fait pour vouloir dire : « Tais-toi ».
Parfois, certains mots sont utilisés en verlan pour faire stylé, c’est-à-dire pour faire cool, branché. Par exemple, « cimer » pour dire merci, « c’est chelou » (qui vient de l’artiste Zaho) pour dire que c’est bizarre, ou « t’es ouf », « c’est un truc de ouf » pour dire c’est dingue, c’est « d’enfer ».

On utilise encore « t’es relou » pour dire « t’es lourd, t’es chiant », ou vous le connaissez peut-être aussi « Je suis trop vener », qui veut dire « je suis énervé ».
On peut aussi entendre aussi la « zik » pour parler de la musique. C’est même inscrit dans le nouveau dictionnaire Larousse.

« Tu pues des ieps », pour dire « tu pues des pieds ».
Les jeunes d’aujourd’hui ont trouvé une nouvelle façon de draguer. L’ancienne façon de draguer pour eux fait trop « canard » trop ringard. Pour signifier qu’une fille est charmante, on va dire qu’elle est « bonne ». Certaines filles n’aiment pas ce terme parce que c’est un peu dénigrant, comme si on l’avait matée avant de dire ça et ça ne se fait pas. Ça peut s’apparenter à du harcèlement.

Vous pouvez parfois entendre « tchoin ». C’est tout récent. C’est un mot qui provient d’un single du chanteur Kaaris pour dénoncer les filles faciles qui s’opposent aux filles sages, réservées, saintes-nitouches. Dans sa chanson, il dit : « la fille, là, c’est peut-être une fille bien mais nous les mecs on préfère les tchoin tchoin tchoin ».
Pendant les vacances de Pâques, vous avez peut-être aperçus la fête foraine. Un mot qu’on utilise ici pour dire les auto-tamponneuses, c’est « tos-tos ».
Dans notre quartier, on a aussi des expressions pour nommer certains lieux. Par exemple, on appelle la place Napoléon 3, le B2. II y a aussi « le trou », qui est en réalité un petit terrain de jeu avec un skate Park. C’est un lieu où se retrouvent les jeunes.
En résumé, toutes ces expressions viennent soit du web, soit de concepts créés par des youtubeurs, des musiciens, appréciés par les jeunes et qui au fil du temps disparaissent, se renouvellent et re-disparaissent encore.

Freddy, en direct de Radio Bellevue le 3 mai